de Cochin à Gokarna du 8/05/2011 au 13/05/2011

17 05 2011

Chinese nets

Matthieu et le Chinese Net 

Après une bonne nuit de sommeil et un thé à l’indienne (i.e. lait bouilli dans lequel les feuilles de thé sont infusées + sucre), nous partons à la découverte de Cochin. Première étape, nous tombons nez à nez avec des « Chinese nets », sorte de grands balanciers servant à pêcher. Nous observons pendant un bon moment leur mécanisme, impressionnés par la taille du carrelet, la simplicité du système et sa beauté : d’un côté, un immense filet maintenu par des arcs de bois, de l’autre, des grosses pierres enroulées à des cordes qui permettent de sortir le filet de l’eau et le replonger ensuite. Après une bonne heure d’observation, Matthieu se voit offrir la possibilité de tirer sur les cordes avec les six pêcheurs pour remonter le filet. Très heureux de ce privilège, Matthieu s’en donne à cœur joie, pensant être un touriste de qualité pour y avoir droit, avant de se rendre compte que les pêcheurs le proposent à de nombreux touristes !!!
Fort Cochin est une ville très jolie que nous parcourons aisément à pied. Le bord de mer est beau même s’il fait face à une grande usine en activité et même si la mer est le spectacle désolant d’une poubelle géante. Durant  notre balade, nous passons devant un grand hôtel de luxe, un peu à l’écart de la ville et donnant sur la mer. Nous remarquons rapidement la grande piscine à débordement du jardin. Nous nous renseignons sans plus attendre pour savoir s’il est possible de s’y baigner sans occuper une chambre de l’hôtel. « Déjeuner sur place et payer 500 roupettes chacun et c’est possible ! » nous répond-on. Après un rapide calcul, nous décidons d’y revenir le surlendemain. S’ensuit un bon déjeuner dans une gargotte de rue et nous partons à la découverte de Mattanchery, la partie plus indienne de Cochin. Pour y aller, nous passons par une très belle rue sur laquelle s’ouvrent de nombreux entrepôts d’épices, de riz, etc. Visite du « Dutch Palace » qui nous ne marque guère mise à part les explications d’anciennes fresques représentant des scènes des divinités hindoues : Shiva, Brahma, Vishnou et leurs familles. Pour le retour nous décidons de prendre un « tuk tuk », (rickshaw). Nous convenons de 10 roupettes pour la course avec le chauffeur. A l’arrivée, petit esclandre, le chauffeur nous assure que nous avions convenu de 30. Nous protestons mais il ne veut rien entendre et ameute tout le quartier. Nous finissons par lui donner 20 roupies et partons agacés par cet épisode. Le soir arrive et nous nous rendons compte que notre guide ne s’est pas trompé : il n’y a pas foule à Fort Cochin le soir! En effet, nous avons du mal à trouver un endroit sympa pour le dîner. Le lendemain, après avoir bu notre thé fétiche du matin, nous partons visiter le musée Indo-portugais, intéressant mais très (trop ?) poussiéreux. Nous découvrons ensuite l’église Saint François, en plein centre. Eglise très belle et très épurée, aucune icône, fresque ou statue, seulement trois vitraux colorés. Nous assisterons au coucher du soleil face à la mer.

Petite fille qui n’ose pas s approcher de l’eau Le soir, nous tombons par hasard sur un bar/resto/cantine qui sert de la bière (Kingfisher), chose rare ici. Nous nous installons donc et en profitons pour y dîner. Mise à part la bière, rien de très fou. Le lendemain nous nous attelons à réserver des billets de trains pour remonter vers Gokarna, petite ville de bord de mer à la limite du Karnataka et de Goa. Ce n’est pas chose aisée. En effet, les grandes vacances indiennes ont débuté début mai et le Sud de l’Inde étant en proie à des grosses chaleurs d’avant mousson, tout le monde veut remonter au Nord! Nous arrivons finalement à réserver deux trains : un train de nuit Cochin-Mangalore suivi d’un Mangalore-Gokarna. Départ prévu le lendemain soir. Nous allons ensuite au fameux « Heritage Hotel » qui n’attend que nous. Après un très bon déjeuner, nous y passons tout l’après-midi. La piscine est très agréable, face à la mer et pour couronner le tout nous sommes complètement seuls !! Cet instant nous fait oublier notre statut de voyageur au long court pour quelques heures. 

Notre piscine le temps d’un après-midi

 Le lendemain, dernier jour à Cochin, nous retournons à Mattanchery pour visiter la synagogue et le quartier juif. En chemin, nous retrouvons l’ambiance des rues indiennes, qui fait un peu défaut à Fort Cochin. S’ensuit une esquive réussie par Matthieu d’une tentative d’arnaque de 10 roupettes sur des « diet coke »! Well done ! A l’heure du départ, nous récupérons nos sacs à dos laissés à l’hôtel pour prendre le « ferry boat » et ensuite un rickshaw pour nous conduire à la gare d’Ernakulam, le Cochin moderne. C’est notre première expérience de train couchette en Inde et même de train tout court ici. Nous trouvons notre wagon et notre compartiment. Toutes les couchettes sont occupées sauf celles du haut et c’est haut ! Petite inquiétude et vertige de Sophie qui a peur de tomber au milieu. Finalement après avoir cadenassés nos sacs, nous nous endormons : sommeil lourd et profond pour Matthieu, sommeil léger et ponctué de réveils pour Sophie. Après 9h de train, nous arrivons à Mangalore pour le moins vaseux. S’ensuivent 7h d’attente à la gare avant de prendre un autre train pour Gokarna. Une fois dedans, nous pouvons admirer des paysages superbes et nous ne regrettons pas notre moyen de transport ! Arrivés après 5h de train à Gokarna, nous prenons un bus pour le centre-ville, rencontrons deux Français dont un qui s’est fait voler tous ses papiers le premier jour de son arrivée (!!!), prenons un rickshaw pour « Om Beach » où nous avons décidé de nous installer quelques jours. Pas facile de se rendre compte de l’endroit car il fait nuit noir et il n’y a aucune lumière. Nous pouvons néanmoins entendre les grosses vagues se briser sur la plage. Nous marchons à  la recherche d’un lieu pour dormir. Après avoir visité 2 ou 3 guesthouse aux chambres glauques, nous dénichons la « Nirvana gesthouse » qui nous propose un bungalow fort sympathique à 30 secondes de la plage. Nous acceptons tout de suite. Après une bonne douche bien méritée, nous nous posons enfin à la terrasse de l’unique restaurant ouvert sur la plage. Malheureusement à notre retour au bungalow, Matthieu découvre avec horreur et consternation une colonie de grosses fourmis noires sous le matelas. Nous changeons donc de bungalow pour la nuit en espérant retrouver l’autre, plus spacieux le lendemain !

See you


Actions

Informations





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 67 articles | blog Gratuit | Abus?